Les besoins naturels et les bonnes pratiques d’hygiène en «road trip»

 

La question sur l’hygiène en «road trip» nous est revenue souvent.

J’ai une grand-mère de 98 ans qui reste en résidence et qui a droit à un seul bain par semaine.

Si vous êtes comme nous, cela peut paraître choquant la première fois, toutefois, sur la route on se rend compte que nos normes d’hygiène changent. C’est un peu la même chose que lorsqu’on voyage dans un pays en voie de développement où les services ne sont pas les mêmes que chez nous. En van on n’a pas nécessairement de douche et/ou de toilette personnelle et tout dépendamment de la manière dont on voyage, il se peut qu’on en soit privé plusieurs jours consécutifs.

Mais attention… Pas de panique, on s’habitue vite.

Premièrement, on constate que ce n’est pas nécessaire de prendre deux à trois douches par jour.

Deuxièmement, on vient à ne plus avoir «le pipi ou le caca gêné». On se dit que c’est naturel et contrairement à la douche c’est difficile voir impossible de sauter une journée.

Troisièmement, on trouve des trucs.

Au départ on accorde une importance à cet aspect de notre quotidien et c’est sans doute tout à fait normal. Puis les jours passent et 1, 2, 3 jours où on est coupé de ces services que l’on considère acquis.

 

Se doucher

Pour se laver, il y a plusieurs alternatives. La plus proche de notre réalité quotidienne est la douche portable que l’on peut retrouver dans toutes les grandes surfaces ayant un rayon pour les articles de plein air. Pour les amoureux de la nature et les moins frileux, il y a les lacs, rivières et autres cours d’eau. C’est la façon idéale pour se réveiller le matin et pour avoir le sentiment de renouer avec la terre. Pour les autres, il y a la vieille méthode de la débarbouillette ou encore les lingettes pour bébé qui font clairement le travail. Et le jour où le besoin d’une vraie douche chaude, avec de la pression, se fait sentir on vous conseille de vous payer un camping offrant tous les services tels que les KOA que l’on retrouve partout à travers le Canada et les États-Unis. En plus de vous sentir ultra propre, vous aurez le sentiment de rentabiliser votre nuitée.

 

Aller à la toilette

Maintenant, entrons dans le sujet le plus sensible, les selles!!! On va se le dire, on aime tous avoir un moment de solitude lorsqu’on va à la selle.  Puis tant qu’à y être, on va se mettre à l’aise en utilisant le mot «caca» dès maintenant. En «road trip», à moins d’être vraiment bien équipé, il faut oublier tout de suite votre évasion sur la bol de toilette à lire des articles, jouer à des jeux ou encore répondre à vos parents/amis proches.  Ce moment que vous considérez intime se transformera plutôt en ce moment que vous redoutez.

 

Tout est une question d’attitute

Il faut donc changer d’attitude. Premièrement, soyez satisfait. Si vous faites un à deux cacas par jour, un gastro-entérologue vous dira que ça signifie que votre intestin fonctionne bien. Yeahh !!! Après, il ne reste plus qu’à accepter l’idée que faire caca c’est naturel et ne pas dramatiser la chose, car c’est là que tout chamboule.  On a décidé d’écrire cet article pour briser ce tabou et qui sait simplifier la vie de certains voyageurs nomades pour qui le caca serait un ennemi.  Il ne faut pas avoir peur d’en parler. C’est probablement le conseil le plus judicieux que l’on peut vous donner. Une fois que ce sujet prohibé devient sujet courant et qu’on arrive à en discuter comme on parle de la météo, il fera plus beau dans le bol de toilette (paroles de Bernard Adamus).

 

L’acceptation

Une fois que vous aurez accepté que c’est normal de faire caca, que vous serez capable d’en parler ouvertement avec vos complices de voyage, vous serez en mesure de profiter à nouveau de ce moment de la journée sans tracas et même vous évader quelques secondes. Ce qui vous retiendra de rester plus de temps sur la bol ne sera plus vous qui êtes pressé de sortir avant que quelqu’un d’autre entre dans la salle de bain, mais plutôt les odeurs pas toujours invitantes des toilettes sèches.

On espère avoir réussi à aborder le sujet du caca avec un minimum de tact et avoir fait en sorte que vous vous sentiez désormais à l’aise avec les conditions hygiéniques qui viennent avec la vanlife.

Natural needs and good hygiene practices on a road trip

 

We often have questions about hygiene on a road trip.

My grandma is 98 years old and only get one bath a week in her senior’ residence.

If you have the same reaction that we had, you are thinking right now that it is shocking. However, while on the road, our standards of hygiene change. It is pretty much the same thing when you are travelling in a developing country where the services are not the same as what we are used to back home. In a van, you usually do not have your personal shower or  toilet. even Some days may even passed before you get to have your private moment.

But wait…don’t panic, you will get used to it.

First, you will find that two or three showers a day is not necessary.

Second, we stop being shy about peeing or pooping. We told ourselves that it is a natural thing and on the contrary of a shower, we cannot skip a day on purpose.

Third, we found some tricks.

 

Taking a shower

At the beginning, we put a special emphasis on this daily aspect of our life which is totally normal. Days passed and it may be 1, 2, 3 days since you are cut of those services that we take for granted.

When you needed to take a shower, there are several options you can take. The one that is closer to a regular shower is to buy a portable camping shower, which you can find in every department store that have a outdoor section. For the nature lovers and people who don’t get cold, there are always lakes and rivers. This is the ideal way to wake up in the morning and to connect with the land. For the others, there is always the good old method, using a washcloth, or even baby wipes, which is clearly doing the job. And when the day will come, that you feel the need of a real hot shower, with pressure, our advise would be to reserve a night in a full service campsite as KOA that you can easily find all across Canada and the United States. In addition of feeling top clean, you will have the sense of satisfaction as you will have a profitable night.

 

Going for a big job

Now on, let’s jump in the more sensitive subject, stools!!! Let’s be honest, we all love to have our lonely moment when we go defecate. As we are in the subject and to put it more comfortable, from now on we will use the word poop. While on a road trip, beside being really well equipped, you will need to forget about having your own moment on the toilet, reading articles, playing games, answering your parents/closes friends. This moment that you actually consider private will now own feel like a dreaded moment.

 

Everything is a question of attitude

You need to change your attitude. First, feel right. If you poop one to two time a day the gastro-enterologist will tell you it means your bowel work well. Yeah!!! After, you just need to accept the fact that pooping is natural and to not dramatize the thing, otherwise it’s then that it will all turned upside down. We actually decided to write this article to break taboos and who knows simplify the life of some nomad travelers to whom poop is an enemy. First thing first, you should not be afraid to talk about it. This is probably the one tip we could give you. One this prohibited subject become a current one and we can talk to it as we talk about the temperature, it would be sunnier in your toilet.

 

You just need to accept it

Once you will accept that it is normal to poop, that you will be able to talk about it openly with your travel partners, you could learn again to enjoy your moment on the toilet without worrying and even escape from whatever else some seconds. What will stop you from staying a little longer at the toilet won’t be the scary thought of someone else coming in, but the not always inviting smells that are coming out of the ecological toilets.

We hope we were able to talk about poop with a little tact and ensuring that you will now on feel right with the hygienic conditions that come with the vanlife.

Même les plus grandes compagnies reconnaissent ces besoins natuels et l’utilisent pour faire du marketing basé sur l’humour. Voici une publicité de la campagne de Adidas, Runners, yeah we’re different.

 

Even the biggest companies recognize those natural needs and used it to do fun marketing. This time it’s Adidas ad campaign, Runners, yeah we’re different.